Sélectionner une page

 

Communiqué de Sébastien Humbert, conseiller municipal RN de La Vôge-les-Bains, référent du groupe d’élus “Rassembler à La Vôge-les-Bains”.

Opacité et errance politique auraient pu être les maîtres-mots du Conseil Municipal du 19 février 2021 à La Vôge-les-Bains où il était notamment question de voter la contraction d’un emprunt, plongeant toujours plus notre commune dans l’engrenage de l’endettement.

Alors que le montant de l’emprunt et sa destination n’avaient volontairement pas été révélés en amont du Conseil Municipal pour, une fois n’est pas coutume, compliquer l’action de l’opposition afin d’éviter d’éventuelles contre-offensives, Frédéric Drevet a considéré que nous aurions dû « deviner » la somme du prêt au vu des opérations prévues au Budget Primitif 2020.

Cette réflexion, qui frôle le mépris, est dénuée de sens car, sans réel cap et en l’absence de priorités clairement définies, personne, ni même les élus de sa majorité, insuffisamment informés de ses intentions, ne pouvaient présager ces informations essentielles.

En effet, certaines opérations lancées récemment étaient non prévues au Budget Primitif et pourraient encore évoluées dans les semaines à venir, ce qui démontre aussi une forme d’errance dans les choix politiques de la Majorité.

Alors que nous avons voté favorablement le deuxième et dernier point à l’ordre du jour relatif à la réfection de courts de tennis, Frédéric Drevet, qui nous a interpellés avec arrogance, a jugé que notre vote n’était pas cohérent avec le précédent (notre groupe a voté contre le prêt d’un million d’euros sur 20 ans) considérant qu’il fallait obligatoirement avoir recours à l’emprunt pour mener à bien ce qu’il considère comme une politique « ambitieuse ».

Cet argument n’est pas entendable car son « ambition débordante » fait porter une dette importante sur les générations futures. La situation financière de notre commune, qui s’en trouvera dégradée, aurait, à contrario, besoin d’une gestion raisonnée, en adéquation avec nos moyens réels, accompagnée d’une révision des priorités de notre municipalité dont le premier rôle est, il est bon de le rappeler, de répondre aux besoins des administrés.